Recyclage

Dans le cadre du programme de protection de l’environnement mis sur pied par notre organisation, les magasins d’occasions de l’Armée du Salut proposent une solution de rechange à l’enfouissement des matières en les recyclant et en les revendant. Voici quelques questions fréquemment posées sur la façon de faire des dons d’articles, tout en améliorant la qualité de vie des personnes démunies et en protégeant l’environnement :
 

Thrift FAQ Field

Pourquoi recycler en faisant des dons et des achats dans un magasin d’occasions?

Chaque année, plus de 80 milliards de vêtements sont fabriqués à l’échelle mondiale. De ce nombre, 26 milliards finiront dans des sites d’enfouissement ou seront incinérés. En faisant des dons d’articles à l’Armée du Salut, vous contribuez à atténuer l’impact environnemental et à soutenir les programmes, les services et les opérations d’urgence de l’Armée du Salut. Notre objectif consiste à rafraîchir, à recycler et à métamorphoser les articles donnés à nos magasins d’occasions.
 

Comment les magasins d’occasions de l’Armée du Saut recyclent-ils les articles qui leur sont donnés?

Les articles reçus en dons sont triés et examinés par une équipe afin de donner à ces objets une deuxième vie grâce au recyclage et à la vente au détail. Les articles en bon état prennent le chemin des aires de vente et deviennent des trouvailles formidables vendues bon marché. Les recettes servent à financer les programmes et les services offerts par l’Armée du Salut à l’échelle locale. Les articles invendables sont transformés par des entreprises de recyclage en chiffons industriels, en matériau isolant ou en pièces pour les voitures, les ordinateurs, etc. Les possibilités sont infinies.

En quoi consiste votre modèle d’infrastructure en matière de recyclage?

Nos donateurs apportent leurs dons dans les centres de réception de dons de notre centaine de magasins. Ces centres sont ouverts tous les jours, et un préposé est sur place pour donner un coup de main aux donateurs. Les articles qui ne sont pas vendus en magasin ou offerts à des personnes dans le besoin sont triés et vendus à des entreprises de recyclage par l’entremise de dix centres de distribution et de recyclage répartis dans le Canada. 

Que veut-on dire par « détourner »?

Il s’agit du processus qui permet d’éviter que des matières n’aboutissent dans des sites d’enfouissement. Ces matières sont rafraîchies, recyclées et métamorphosées dans nos quelque 100 magasins d’occasions et dix centres de distribution et de recyclage. 
 

Quelle quantité de matières l’Armée du Salut détourne-t-elle des sites d’enfouissement?

Au cours de l’exercice 2017-2018, les magasins d’occasions de l’Armée du Salut ont détourné quelque 36 000 tonnes de matières des sites d’enfouissement.

Quelles sont les matières recyclées par l’Armée du Salut?

Outre les textiles et les vêtements, les magasins d’occasions de l’Armée du Salut recyclent 3 200 tonnes de matières, notamment des livres, des sacs à main, des ceintures, des chaussures, des jouets, des chapeaux, du métal, du carton et des appareils électroniques.

Pourquoi est-ce important de recycler les textiles?

Le recyclage des textiles par les magasins d’occasions de l’Armée du Salut est bon pour l’environnement puisque la surproduction de biens de consommation est réduite et l’enfouissement des matières est ralenti. Cela profite également aux membres de la collectivité dans le besoin et à nos clients qui peuvent trouver des produits bon marché.

Le recyclage de textiles par des organismes de bienfaisance dignes de confiance comme les magasins d’occasions de l’Armée du Salut, qui les revendent, est une étape essentielle dans le développement d’une économie circulaire. Même si le recyclage de textiles usagés par des organisations de bienfaisance reconnues donne une deuxième vie à ces matières, éventuellement, les parties intéressées de la viabilité environnementale devront trouver des solutions pour les matières dont la durée de vie a expiré. 
 

Quelles sortes de textiles sont acceptées dans les magasins d’occasions de l’Armée du Salut?

Nous acceptons tous les textiles de post-consommation (p. ex., vêtements, linge de maison, etc.) qui peuvent être vendus en magasin ou recyclés s’ils sont trop usés ou déchirés. Nous ne pouvons pas accepter les textiles mouillés ou contaminés. 
 

L’Armée du Salut exporte-t-elle des textiles dans des pays en développement?

Les magasins d’occasions de l’Armée du Salut n’exportent pas de textiles ou d’articles donnés. Ceux qui ne peuvent être liquidés en magasin sont vendus à des entreprises de recyclage locales, éthiquement responsables. Selon la demande du marché, ces entreprises vendront leurs produits en Amérique du Nord et au-delà des frontières. 

Pourquoi exporte-t-on les textiles?

La demande de textiles sur le marché international est forte, étant donné que 70  % de la population mondiale ont recours à des vêtements de seconde main. En Occident, les vêtements d’occasions occupent une niche de marché, tandis que dans les pays en développement, les vêtements d’occasions importés de l’Occident constituent une source principale d’approvisionnement.

Les recettes provenant de la vente de vêtements donnés servent-elles à financer des programmes locaux?

Le produit de la vente sert au fonctionnement de nos magasins d’occasions et au soutien de la mission de l’organisation, au Canada. Au cours de l’exercice 2017-2018, l’Armée du Salut a distribué gratuitement des articles d’une valeur équivalente à six millions de dollars, et recueilli 750 000 $ pour soutenir ses services et ses programmes.